Agora - Coups de coeur des libraires
  
  
    
  
  
    
  
  
    
          
  
  
  
  
  
  
  
    
  
  
    
  

  
  
    
  
  
  
  




  • La fille du train

    Le mot du libraire

    La fille du train, comment faire le voyage ???

  • Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie

    Le mot du libraire

    Super

  • Minute, papillon !

    Le mot du libraire

    Comme dans ses précédents romans, Aurélie Valognes parvient à nous faire entrer dans une petite bulle de bonheur grâce à une histoire simple avec des personnages hauts en couleur, attachants voire même caractériels... Et qu'est ce que cela fait du bien ! Je vous ai trouvé l'antidote à la morosité, le roman anti-déprime. Christine.

  • D'un mauvais oeil

    Le mot de Séverine

    D’un mauvais œil nous fait approcher de façon remarquable les périlleuses relations entre un parent et son enfant, la délicate tâche de l’adulte qui consiste à élever un enfant pour en faire quelqu’un de bien, quelqu’un de responsable. Malgré tout, il faut se dire qu’une part de ce qu’il devient n’est pas liée à l’éducation, ou aux parents directement, mais qu’une part de hasard s’insinue dans le processus de développement psychologique. La fin quant à elle est assez surprenante, voir choquante. Les cartes tombent, la vérité se dévoile. Et quelle vérité ! C’est puissant, fascinant, effarant. A lire absolument !

  • Conception

    Le mot de Séverine

    Chase Novak surprend son lecteur avec des traits d’esprit choisis et une nonchalance étudiée. Il présente ses personnages, plante le décor et introduit l’intrigue à un rythme soutenu, appuyé par une plume intense. C’est comme un sentiment d’urgence qui prend le lecteur à la gorge ; sentiment renforcé par l’utilisation du temps présent et l’absence de chapitre. Cette dernière, qui peut paraître étrange dans un roman d’une telle longueur, semble finalement d’une logique infinie. Les passages s’enchaînent avec aisance, laissant le lecteur déambulait de personnage en personnage, à travers de nombreux changements de point de vue. On suit ainsi l’intrigue de manière détournée, par épisodes successifs, en découvrant des morceaux d’aventure vécus par l’un ou l’autre des personnages.

  • Francesca t.1 ; empoisonneuse à la cour des Borgia

    Le mot de Séverine

    Pour écrire les aventures de la jeune tueuse, Sara Poole a fait un important travail de recherches pour ancrer son intrigue dans une certaine réalité histoire. Francesca prend corps au cœur d’une Sainte Eglise de Rome corrompue jusqu’à la moelle, où les assassinats sont presque aussi courants qu’une poignée de main entre collègues de nos jours. L’ambiance est teintée des vices d’une époque sombre, où les maîtresses du Pape côtoient les enfants des Cardinaux assoiffés d’argent.

  • Et ils s'envoyèrent en l'air

    Le mot de Séverine

    Ce roman est une boule d’énergie positive. Avec humour et légèreté, l’auteure Elizabeth Maxwell évolue dans un genre qu’elle maîtrise et dont elle fait même une sympathique satyre. Le style est enjoué et ne se perd pas dans des envolées littéraires superflues. L’intrigue est tellement farfelue que le lecteur se prend facilement au jeu et sourit des mésaventures de Sadie Fuller.

  • Voir du pays

    Le mot de Séverine

    Delphine Coulin aborde le sujet très sensible des femmes soldates : leur motivation, leur place contestée dans ce monde ultra-masculin, les efforts qu’elles doivent fournir pour se sentir exister dans le bouillonnement guerrier. C’est à travers les yeux d’Aurore, sobrement désignée « elle » au fil du récit, que le lecteur fait la connaissance d’un petit groupe de militaires, au retour d’Afghanistan après six mois de mission. Les souvenirs pleuvent, se mêlent au présent, bâtissent un récit élégant. Doucement, tout doucement, la tension monte, page après page. Menant le lecteur, inexorablement, à une apothéose grandiose et poignante. Une fin puissante, aussi puissante qu’une bombe. Terrible. Et pourtant, la vie continue. Il faut revenir au quotidien, à la Bretagne tranquille. Mais Aurore, Marine, Fanny, Max et tous les autres, ne seront plus jamais les mêmes. Marqué(e)s à vie, mentalement, physiquement parfois.

  • Amours

    Prix RTL-Lire 2015

    Heberger image

  • La part des flammes

    Prix France Bleu 2015

empty